cigarettes barrer

La méthode facile pour arrêter de fumer en 14 jours

Introduction

“Si je pouvais arrêter”.

Vous rêvez d’être libéré de votre besoin de fumer, mais nous
ne savez pas comment vous y prendre. Stopper du jour au
lendemain est au-dessus de vos forces. Et vous craignez l’échec.

Vous aimeriez connaître une méthode moins draconienne, sûre,
qui vous garantisse des résultats durables.

Réjouissez vous ! En voici une, toute en douceur et dont
l’efficacité est garantie.

S’inspirant des thérapies de pointe en matière de lutte contre
le tabac, elle vise à vous faire prendre conscience des mécanismes
qui font de vous un fumeur. Et à les démonter un à un. Vous n’allez
pas vous arrêter bêtement et sans réfléchir, mais en sachant
pourquoi et comment vous le faites.

Une déshabituation progressive vous mènera en 2 semaines à
la victoire définitive. De quoi, sans nul doute, vous décider à
entreprendre la grande aventure du sevrage.

Calculez votre degré de
dépendance

Le test de Fagerström a été établi pour vous permettre de mieux
vous situer dans l’échelon du tabagisme.

– Dans quel délai après le réveil fumez vous votre première
cigarette ?
❑ Moins de 5 minutes – 3
❑ 6 à 30 minutes – 2
❑ 31 à 60 minutes – 1
❑ Après 60 minutes – 0
– Trouvez vous difficile de ne pas fumer dans les endroits
interdits ?
❑ Oui – 1
❑ Non – 0
– Quelle cigarette trouvez vous la plus indispensable ?
❑ La première – 1
❑ Une autre – 0
– Combien de cigarettes fumez vous par jour ?
❑ 10 ou moins – 0
❑ 11 à 20 – 1
❑ 21 à 30 – 2
❑ 31 ou plus – 3

– Fumez vous de façon plus rapprochée dans la première heure
après le réveil que pendant le reste de la journée ?
❑ Oui – 1
❑ Non – 0
– Fumez vous, même si une maladie vous oblige à rester au lit
?
❑ Oui – 1
❑ Non – 0
TOTAL
Résultats
– 0-2: pas de dépendance.
– 3-4: dépendance faible.
– 5-6: dépendance moyenne.
– 7-8: dépendance forte.
– 9-10: dépendance très forte.

Pourquoi fumons-nous ?

Les dernières recherches en matière de tabagisme montrent que
l’envie de fumer correspond à 3 formes de dépendance qui se
conjuguent entre elles. Les connaître vous aidera à mieux vous en
débarrasser.

La dépendance physiologique

C’est le besoin de nicotine. Véhiculée par la fumée, la nicotine
atteint les poumons puis le cerveau. Elle provoque une sensation
de bien-être immédiat, l’illusion d’être moins fatigué, de “carburer”
au maximum.

Lorsqu’on fume tous les jours, notre organisme s’habitue aux
effets de cette substance. Quand son taux diminue dans le sang,
fatigue, nervosité et irritabilité s’installent. Le corps est en état de
manque. Alors, pour se sentir mieux, on rallume une cigarette. Le
taux de nicotine remonte, puis redescend, ce qui nous oblige à avoir
de nouveau recours au tabac. Et ainsi de suite. C’est un cercle
vicieux.

La dépendance émotionnelle

Quel fumeur ne tend pas la main vers son paquet quand
quelque chose perturbe sa tranquillité d’esprit? Les émotions
(colère, peur, jalousie, appréhension, mécontentement, rancune,
mais aussi joie, surexcitation, etc.) sont de grandes incitatrices à
fumer. Pour des raisons différentes, selon chacun.

On cherche à s’apaiser, à oublier, à se cacher derrière l’écran de
fumée, à se sentir plus hardi, ou à refouler le sentiment qui nous
dérange. Et l’habitude se prend d’avoir recours à la cigarette. Non
seulement pour sa nicotine mais aussi pour le geste qui fait diversion dans les pensées.

La dépendance comportementale

Ce sont nos réflexes conditionnés. Nous commençons à fumer
dans telle ou telle situation et notre cerveau enregistre. Le geste est
comme programmé et se répète mécaniquement, même si
l’événement qui l’a au départ provoqué n’existe plus.

Par exemple: durant la maladie d’un parent, vous allumez une
cigarette quand vous l’appelez pour prendre de ses nouvelles. Elle
sert à juguler votre inquiétude. Mais le malade guéri, vous ne
pouvez plus décrocher le téléphone sans plonger dans votre paquet.
Le pli est pris.

Sans s’en rendre compte, le fumeur est victime d’un grand
nombre de mouvements réflexes qu’il ne contrôle pas.

En quoi consiste notre méthode ?


Le secret de sa réussite réside dans le fait qu’elle agit sur les 3
dépendances. C’est la seule manière de mettre en place toutes les
parades permettant l’arrêt. Ce qui le facilite et, point non
négligeable, supprime les risques de rechute.

De vous-même, vous allez progressivement réduire votre
consommation jusqu’à parvenir à 0 cigarettes le dernier jour. Il n’est
pas interdit, bien sûr, de réussir cet exploit plus tôt.

Bien que ce programme ne demande pas d’efforts
considérables, mieux vaut éviter, pour l’entreprendre, de choisir le
plus mauvais moment. Si vous traversez momentanément une
période très difficile, attendez pour vous lancer d’être moins tendu.

Différer le sevrage vous sera peut-être plus profitable que de
l’accomplir dans de mauvaises conditions.

Quelques préparatifs avant le jour J

Vous êtes totalement décidé à suivre ce programme de 14 jours.
La date de départ est choisie. Deux ou trois petites choses sont à
prévoir au préalable.

L’apport pharmaceutique

Rassurez vous, il ne s’agit pas de médicament ou autre produit
chimique, mais d’un étonnant système de désintoxication
homéopathique. Demandez à votre pharmacien de vous préparer
un isothérapique 9 Ch. C’est une dilution faite à partir de votre
cigarette, tabac, goudron, adjuvant et papier compris.

N’oubliez pas de lui apporter ce que vous fumez
habituellement. Vous repartirez avec des granules qui vous seront
fort utiles.

Procurez vous aussi des bâtons de réglisse ou de guimauve
qui peuvent se mâchouiller à tous moments.

Enfin, achetez de la valériane, plante réputée pour ses
propriétés calmantes. Elle est utilisée avec succès dans les cures
anti-tabac.

La motivation écrite

Vous savez très bien pour quelles raisons vous voulez cesser
de fumer. Inscrivez sur une fiche bristol tous les bénéfices que vous
allez tirer de cet arrêt. N’oubliez rien : souffle, goût et odorat
retrouvés, peau et cheveux améliorés, culpabilité en moins, énergie
en plus, risque de maladies graves écarté, sensation de liberté et
de bien-être. Sans compter les substantielles économies réalisées.

Affichez cette liste dans un endroit bien visible. Au besoin,

rédigez en une seconde, destinée à votre sac ou votre poche.
Maintenant vous êtes prêt à entamer le compte à rebours. Dans
2 semaines, la cigarette fera partie du passé.

<<Cliquez ici pour avoir la première partie de la méthode>>